Le concours de l’ENS

Le concours de l’ENS

Le Concours de Normale Sup’ est le principal concours préparé en CPGE ENS D1.

Les Ecoles Normales Supérieures sont de grandes écoles qui ont au départ pour vocation de former des enseignants et des chercheurs. Mais les perspectives de carrière sont en réalité beaucoup plus larges (haute fonction publique et/ou secteur privé pour un grand nombre de normaliens). Il y a 4 ENS en France : Paris (plus connue sous la dénomination « Ulm »), Lyon, Rennes et Cachan. Chacune s’organise en départements par discipline, qui préparent bien souvent à une agrégation : philosophie, lettres modernes, lettres classiques, histoire, mathématiques… De nombreuses CPGE préparent donc, selon les matières, aux ENS (A/L, B/L, prépas scientifiques…)

Le département « droit-économie » est unique puisqu’il ne se trouve qu’à l’ENS Rennes (ex-antenne de Cachan) et n’est accessible que par une prépa ENS D1. La réussite au concours confère un statut de fonctionnaire-stagiaire pendant 4 ans (et la rémunération qui va avec, de l’ordre de 1270 euros net par mois), et surtout un titre de « normalien » valorisé sur le marché du travail (bien qu’il ne soit pas une fin en soi).

Comment en arriver là ?

Le concours est très sélectif, comme souvent ceux des ENS, qu’elle que soit la filière de préparation. En effet, chaque année on compte en D1 entre 350 et 400 candidats pour seulement 17 places.

Les écrits ont lieu fin avril dans différents centres d’examens en France, et ils s’organisent de la manière suivante :

  • une dissertation d’économie de 4h – coefficient 4
  • une dissertation de droit civil de 4h – coefficient 4
  • une version et un essai de langues (au choix : anglais, allemand, espagnol ou italien) en 2h comptant seulement en cas d’admissibilité – coefficient 1
  • au choix et selon les prépas : une épreuve de mathématiques-statistiques, une dissertation de droit des affaires de 4h ou une dissertation de droit public de 4h – coefficient 4

Entre 50 et 55 candidats environ sont déclarés admissibles ; les oraux se déroulent à l’ENS Rennes début juin :

  • un oral de langues (la même que celle choisie pour l’écrit) consistant en une écoute de texte puis un exposé construit et argumenté basé sur ce dernier ; sujet d’actualité ; 30 minutes préparation et 30 minutes passage – coefficient 2
  • un oral d’économie sur sujet sec ; 30 minutes préparation et 30 minutes passage – coefficient 3
  • un « grand oral », épreuve de culture générale et motivation : à partir d’un texte d’origine quelconque (presse, essai…), présenter un exposé argumenté mobilisant des connaissances en économie, droit, histoire, sociologie… Puis questions de motivations et entretien avec le jury ; 30 minutes préparation et 30 minutes passage – coefficient 5

Des exemples de sujets tombés à l’écrit

Concours 2015

  • Economie : « Information et marchés »
  • Droit civil : « L’information du cocontractant »
  • Droit public : « Ordre public et police administrative »
  • Droit des affaires : « La formation de la société »

Concours 2014

  • Economie : « Faut-il cibler l’inflation ? »
  • Droit civil : « Propriété et titre »
  • Droit public : « L’ordre public »
  • Droit des affaires : « Le patrimoine du commerçant »

Concours 2013

  • Economie : « Les limites de l’intervention publique »
  • Droit civil : « L’aménagement conventionnel du droit de propriété »
  • Droit public : « Le juge administratif et la Constitution »
  • Droit des affaires : « L’affectio societatis »

Concours 2012

  • Economie : « La politique budgétaire a-t-elle encore un rôle ? »
  • Droit civil : « La sanction de la mauvaise foi »
  • Droit public : « L’exercice du pouvoir règlementaire en France »
  • Droit des affaires : « L’intérêt social »

Concours 2011

  • Economie : « Prix et équilibre économique »
  • Droit civil : « Le « bon père de famille » »
  • Droit public : « Le contrôle de la loi sous la Cinquième République »
  • Droit des affaires : « Comparez la société unipersonnelle et l’EIRL »

Une autre façon d’intégrer : le magistère

Les « magistériens » de l’ENS, appelés « étudiants » ou « auditeurs » dans d’autres Ecoles Normales, sont des élèves qui ont intégré l’ENS sur dossier et non sur concours. Ils n’ont donc pas le statut de normalien que confère la réussite à ce dernier et les avantages qui vont avec (en termes de valorisation du diplôme et d’opportunités de stage) mais suivent exactement la même formation que les normaliens et peuvent comme les autres bénéficier d’une excellente préparation à l’agrégation.

La procédure de recrutement de ces élèves est elle aussi sélective, il y en a autour de 10 par promotions. Chaque année, un concours interne permet à certains de devenir normaliens ; il n’y a cependant que très peu de places (souvent deux).

La formation à l’ENS

La scolarité à l’ENS se répartit de la manière suivante :

La première année est essentiellement juridique, avec le suivi d’une L3 de droit à l’Université de Rennes (faculté de droit d’un très bon niveau) et des cours d’économie, de gestion et de management à l’ENS.

La deuxième année est davantage divisée entre l’ENS et l’Université, avec le suivi d’un Master 1 de Droit européen fortement teinté d’économie (droit public économique, économie du droit, management). A noter qu’il y a possibilité de partir en Erasmus avec l’Université de Rennes, sous réserve d’être sélectionné, dans des destinations comme Maastricht (Pays-Bas), Cork (Irlande), Leuven (Belgique) ou Exeter (Angleterre).

La troisième année est consacrée à la préparation de l’agrégation d’économie-gestion, mais les élèves valident un M2 de droit européen délivré conjointement par l’Université de Rennes et l’ENS à la fin de l’année.

La quatrième année laisse beaucoup de liberté : Master 2 de son choix dans l’école ou l’université de son choix. A noter le partenariat avec Sciences Po Paris qui dispense les élèves normaliens des épreuves d’admissibilité d’entrée en master, les amenant à seulement passer un oral (ils doivent cependant recommencer en Master 1).

Sur les deux premières années, 6 semaines de stages sont demandées par l’ENS (c’est bien souvent davantage). A cet effet, le titre de normalien donne de formidables opportunités de stage : Haute administration (ONU, Cour des comptes, Corps d’inspection, Banque de France, Ministères, Autorité de la concurrence…), ambassades de France, juridictions (TGI, CAA…), secteur privé (cabinets d’avocats, start-up, grands groupes…).

Voir le classement des prépas selon les résultats ENS